Mother of Adoration and Reparation

(A French translation has been added at the end)

Mother of Adoration and Reparation

“Beloved sons, I am happy that you came up here, like little children who allow themselves to be carried in my motherly arms. Become ever more little, docile, pure, simple, abandoned and faithful. How great is the joy that my motherly heart feels when I can carry you all, as a precious and perfumed homage, to offer to my son Jesus, truly present in the sacrament of the Eucharist.

I am the Mother of Adoration and of Reparation. Beside every tabernacle on earth there is always my motherly presence.  It forms a new and loving tabernacle for the solitary presence of my son Jesus. It builds up a garden of love for His perennial dwelling among you.  It forms a heavenly harmony which surrounds Him with all the delight of paradise in the adoring choirs of angels, in the blessed prayer of the saints, in the suffering longing of so many souls who are being purified in purgatory. In my Immaculate Heart, they all form a concerto of perennial adoration, of unceasing prayer and of profound love for Jesus, truly present in every tabernacle on the earth.

Today, my motherly Heart is saddened and deeply wounded, because I see that, around the divine Presence of Jesus in the Eucharist, there is so much emptiness, so much abandonment, so much neglect, so much silence.

O Church, pilgrim and suffering, of which I am the Mother, who are the family of all my children, ark of the new alliance, people of God, you must understand that the center of your life, the fount of your grace, the source of your light, the principle of your apostolic action, are to be found only here in the tabernacle, where Jesus is truly kept. Jesus is present to teach you to grow, to help you to walk, to strengthen you in giving witness, to give you courage in evangelizing, to be the support for all your sufferings.

O pilgrim and suffering Church of these times, who are being called to live through the agony of Gethsemane and the bloody hour of your Calvary, today I want to bring you here today with me, prostrate before every tabernacle, in an act of perpetual adoration and reparation, so that you too may repeat the action that is always being carried out by your heavenly Mother.

I am the Mother of Adoration and Reparation. In the Eucharist, Jesus is really present, with His Body, with His Blood, with His Soul and with His Divinity. In the Eucharist, there is really present Jesus Christ is truly present, the Son of God, that God who, in Him, I saw at every moment of His earthly life, even if He was hidden under the veil of a fragile and feeble nature, which developed through the rhythm of time and of His human growth. By a continual act of faith in my Son Jesus, I always saw my God and I adored Him with profound love.

I adored Him when He was still guarded within my virginal womb, as a little bud, and I loved Him, nourished Him, caused Him to grow, giving Him my own flesh and my own blood.

I adored Him after his birth, contemplating Him in the manger of a poor and bare cave.

I adored my God in the child Jesus, who was growing, in the adolescent who was maturing, in the young man who was bending over His daily work, in the Messiah who was carrying out His public mission.

I adored Him when He was rejected and repulsed, when He was betrayed, abandoned and denied by His own.

I adored Him when He was condemned and mocked, when He was scourged and crowned with thorns, when He was led to the scaffold and crucified.

I adored Him beneath the Cross, in an act of unspeakable suffering, and when He was brought to the sepulchre and placed in His tomb.

I adored Him after His resurrection when, firstly, He appeared to me in the splendour of His glorified body and in the light of His divinity.

Beloved sons, by a miracle of love which you will be able to understand only in paradise, Jesus has given you the gift of remaining always in your midst in the Eucharist.

In the tabernacle, beneath the veil of the consecrated Bread, there is kept the same Jesus whom I was, the first to see after the miracle of His resurrection, the same Jesus who, in the blaze of His divinity, appeared to the eleven Apostles, to many disciples, to the weeping Magdalen, to the holy women who had followed Him all the way to the sepulchre.

In the tabernacle, hidden beneath the Eucharistic veil, the same risen Jesus is present who appeared again to more than five hundred disciples and who struck with a bolt of light Saul, the persecutor, on the road to Damascus.  He is the same Jesus who is sitting at the right hand of the Father, in the splendor of His glorified body and of His divinity, even though, for love of you, He hides Himself under the white appearance of the consecrated Bread.

Beloved sons, today you must believe all the more in His Presence among you; you must spread, with courage and with force, your priestly invitation for a return of all to a strong and witnessed faith in the Real Presence of Jesus Christ in the Eucharist. You must orientate the whole Church to come back to being before the tabernacle, with your heavenly Mother, in an act of perennial reparation, of continuous adoration and of unceasing prayer. Your priestly prayer must become entirely a Eucharistic prayer.

I am asking that there be once again a return to the practise of making everywhere hours of adoration before Jesus, exposed in the Most Holy Sacrament. I desire that the be an increased in the homage of love towards the Eucharist and that this become manifest also through evident but most expressive signs of your piety.  Surround the Eucharistic Jesus with flowers and lights; encircle Him with delicate attentions; draw close to Him with profound acts of genuflection and of adoration.

If only you knew how the Eucharistic Jesus loves you, how a little gesture of your love fills Him with joy and with consolation!  Jesus pardons so many sacrileges and forgets an infinity of acts of ingratitude before one drop of pure priestly love, which is placed in the chalice of His Eucharistic heart.

Priests and faithful of my movement, go often before the tabernacle; live before the tabernacle; pray before the tabernacle.

Let yours be a continual prayer of adoration, of intercession, of thanksgiving and of reparation. Let yours be a prayer which is united to the heavenly song of the angels and saints, to the ardent supplications of the souls who are still being purified in purgatory. Let yours be a prayer which brings together the voices of the whole of humanity, which must prostrate itself, before every tabernacle of the earth, in an act of perennial gratitude and daily thanksgiving.

Because, in the Eucharist, Jesus Christ is really present, He remains ever with you, and this presence of His will become increasingly stronger, will shine over the earth like a sun and will mark the beginning of a new era. The coming of the glorious reign of Christ will coincide with the greatest splendor of the Eucharist. Christ will restore His glorious reign in the universal triumph of His Eucharistic reign, which will develop in all its power and will have the capacity to change hearts, souls, individuals, families, society, and the very structure of the world.

When He will have restored his Eucharistic reign, Jesus will lead you to take joy in this habitual presence of His, which you will feel in a new and extraordinary way and He which will lead you to the experience a second, renewed and more beautiful earthly paradise.

But, before the tabernacle, yours should be not only a presence of prayer, but also of communion of life with Jesus. Jesus is really present in the Eucharist because He wants to enter into a continual communion of life with you.  When you go before Him, he sees you; when you speak to Him, He hears you; when you confide something to Him, He welcomes into His heart every word; when you ask, He always hears your prayer.

Go before the tabernacle to establish with Jesus a simple and daily rapport of life.  With the same naturalness with which you seek out a friend, or entrust yourself to persons who are dear to you, or feel the need of friends who assist you, in the same way go before the tabernacle to seek out Jesus. Make of Jesus your dearest friend, the most trusted person, the most desired and the most loved.

Tell your love to Jesus; repeat it often because this is the one thing which makes Him immensely happy, that consoles Him for all the ingratitude, and compensates Him for all betrayals: ‘Jesus, you are our love; Jesus, you alone are our great friend; Jesus, we love you; Jesus, we are in love with You.’

Indeed, the Presence of Christ in the Eucharist has above all the function of causing you to grow in an experience of true communion of love with Him such that you never again feel yourself alone, because He has remained here below to be always with you.

An so then, you must go before the tabernacle to gather the fruit of the prayer and of the communion of life with Jesus which develops and matures in your holiness. Beloved sons, the more your life revolves wholly and entirely at the foot of the tabernacle, in intimate union with Jesus in the Eucharist, the more you will increase in holiness. The Eucharistic Jesus becomes the model and the form of your holiness. He brings you to purity of heart, to humility which is sought and desired, and to lived-out confidence trust, to loving filial abandonment.

The Eucharistic Jesus becomes the new form of your priestly holiness which you attain by means of a daily and hidden immolation, of a continual presence of love toward your brethren, of a capacity to welcome in your own person the sufferings and the crosses of all, of a possibility to transform evil into good and to act profoundly so that souls, who have been entrusted to you, may be led by you to salvation.

For this reason, I say to you: the times have come when I want you all before the tabernacle, and above all I want you priests who are the beloved sons of a Mother who is ever in an act of perpetual adoration and unceasing reparation. Through you, I desire that the cult of the Eucharist again flourish in all the Church in an ever more powerful way.

As for now there must be an end to this profound crisis in regard to devotion to the Eucharist, a crisis which has contaminated the entire Church and which has been at the root of so much infidelity and of the diffusion of such a widespread apostasy.

With all my beloved ones and the children consecrated to me, who form part of my Movement, I place you before every tabernacle of the earth, to give you in homage to Jesus, as most precious jewels and the most beautiful and fragrant flowers.

As of now, the heavenly Mother wishes to bring to Jesus, present in the Eucharist, an ever greater number of her children, because these are the times when the Eucharistic must be adored, loved, thanked and glorified by all.

My most dearly beloved sons, together with Jesus who, in every tabernacle, is in a state of continual victimhood for you, I bless you in the name of the Father, and of the Son and of the Holy Spirit.”

Source: Marian Movement of Priests, “To the Priests, Our Lady’s Beloved Sons”, n. 360 Mother of Adoration and Reparation, given during the recital of Holy Rosary on the liturgical memorial of Saint Pius X, Rubbio, Vicenza 1987.08.21

Pope Emertius Benedict XVI proclaimed upon Fr. Gobbi’s death: “Fr. Gobbi went right to Heaven.” Cardinal Ivan Dias

When a nun took a photo at the Consecration, the above image miraculously appeared, including the priest’s hands lifting up the Host in the bottom left corner.

Mère de l’adoration et de la réparation

« Je demande qu’on se remette aussi à faire partout les heures d’adoration devant Jésus exposé dans le très Saint Sacrement. »

« Fils de prédilection, Je suis contente que vous soyez montés ici, comme des petits enfants qui se laissent porter dans mes bras maternels. Devenez de plus en plus petits, dociles, purs, simples, abandonnés, fidèles.

Combien grande est la joie éprouvée par mon Cœur de Maman lorsque Je peux vous porter tous comme un hommage précieux et parfumé à offrir à mon Fils Jésus, réellement présent dans le sacrement de l’Eucharistie !

Je suis la Mère de l’adoration et de la réparation.

A côté de chaque Tabernacle de la terre, il y a toujours ma présence maternelle.

Celle­ci édifie un nouveau Tabernacle d’amour pour la présence solitaire de mon Fils Jésus ; elle construit un jardin d’amour céleste qui l’enveloppe de tout l’enchantement du paradis dans les chœurs adorants des Anges, dans la prière bienheureuse des Saints, dans l’aspiration douloureuse de tant d’âmes qui se purifient au purgatoire. Dans mon Cœur Immaculé, ils forment tous un concert de perpétuelle adoration, de prière incessante et d’amour profond pour Jésus réellement présent dans chaque Tabernacle de la terre.

Aujourd’hui, mon Cœur de Maman est attristé et il est profondément blessé en voyant qu’autour de la divine présence de Jésus dans l’Eucharistie, il y a tant de vide, tant d’abandon, tant de négligence, tant de silence.

Église pèlerine et souffrante, dont Je suis la Mère, Église qui est la famille de tous mes enfants, arche de la nouvelle Alliance, peuple de Dieu, tu dois comprendre que le centre de ta vie, la fontaine de ta grâce, la source de ta lumière, le principe de ton action apostolique ne se trouvent qu’ici, dans le Tabernacle, où est réellement gardé Jésus.

Et Jésus y est présent pour t’apprendre à grandir, pour t’aider à marcher, pour te donner la force de témoigner, le courage pour évangéliser, pour te soutenir dans toute ta souffrance.

Église pèlerine et souffrante de ces temps, qui est appelée à vivre l’agonie de Gethsémani et l’heure sanglante de ton calvaire, Je veux te porter ici aujourd’hui avec Moi, qui suis prosternée devant chaque Tabernacle, en un acte de perpétuelle adoration et de réparation, afin que tu puisses toi aussi répéter le geste qu’accomplit toujours ta Maman du Ciel.

Je suis la Mère de l’adoration et de la réparation.

Dans l’Eucharistie, Jésus est réellement présent avec son corps, son sang, son âme et sa divinité.

Dans l’Eucharistie est réellement présent Jésus Christ, le Fils de Dieu, de ce Dieu que J’ai vu en lui à chaque moment de sa vie terrestre, même s’il était caché sous le voile d’une nature fragile et faible, qui se développait à travers le rythme du temps et de sa croissance humaine.

Par un acte continuel de foi, Je voyais toujours dans mon Fils Jésus mon Dieu et, avec un profond amour, Je l’adorais.

Je l’adorais quand il était encore gardé dans mon sein virginal comme un petit bourgeon, et Je l’aimais, le nourrissais, l’aidais à grandir, en lui donnant mon propre sang et ma propre chair.

Je l’adorais après sa naissance, lorsque Je le contemplais dans la mangeoire d’une grotte pauvre et dépouillée.

Je l’adorais mon Dieu dans l’Enfant Jésus qui grandissait, dans l’adolescent qui se développait, dans le jeune homme penché sur le travail chaque jour, dans le Messie qui réalisait sa mission publique.

Je l’adorais lorsqu’il était refusé et repoussé, quand il était trahi, abandonné des siens et renié.

Je l’adorais lorsqu’il était condamné et outragé, lorsqu’il était flagellé et couronné d’épines, quand il était conduit au gibet et crucifié.

Je l’adorais sur la croix, dans sa souffrance indicible et tandis qu’il était porté au sépulcre et déposé dans le tombeau.

Je l’adorais après sa résurrection lorsqu’en premier lieu, il m’apparut dans la splendeur de son corps glorieux et dans la lumière de sa divinité.

Fils de prédilection, par un miracle d’amour, que vous ne pourrez comprendre qu’au Paradis, Jésus vous a fait le don de rester toujours parmi vous dans l’Eucharistie.

Dans le Tabernacle, sous le voile du pain consacré, est gardé le même Jésus que, Moi la première, J’ai vu après le miracle de sa résurrection ; le même Jésus qui, dans la splendeur de sa divinité, est apparu aux onze Apôtres, à beaucoup de disciples, à Madeleine toute en pleurs, aux saintes femmes qui l’avaient suivi jusqu’au sépulcre.

Dans le Tabernacle, caché sous le voile eucharistique, est présent le même Jésus ressuscité, qui apparut encore à plus de cinq cents disciples et foudroya le persécuteur Saul sur la voie de Damas. C’est le même Jésus qui est assis à la droite du Père, dans la splendeur de son corps glorieux et de sa divinité, même si, pour votre amour, il se cache sous la blanche apparence du Pain consacré.

Fils de prédilection, aujourd’hui, vous devez croire davantage à sa présence parmi vous ; vous devez répandre, avec courage et avec force, votre invitation sacerdotale au retour de tous à une foi forte et témoignée dans la présence réelle de Jésus­Christ dans l’Eucharistie. Vous devez orienter toute l’Église à se retrouver devant le Tabernacle avec votre Maman du Ciel, en un acte de réparation, de continuelle adoration et de prière incessante. Votre prière sacerdotale doit devenir tout entière prière eucharistique.

Je demande qu’on se remette aussi à faire partout les heures d’adoration devant Jésus exposé dans le très Saint Sacrement.

Je désire que soit accru l’hommage d’amour envers l’Eucharistie et qu’on le rende manifeste aussi à travers les signes sensibles, mais si expressifs, de votre piété.

Entourez Jésus dans l’Eucharistie de fleurs et de lumières ; vouez­lui une délicate attention ; approchez­vous de lui avec des gestes profonds de génuflexion et d’adoration.

Si vous saviez combien Jésus dans l’Eucharistie vous aime, comment un petit geste de votre amour le remplit de joie et de consolation !

Jésus pardonne tant de sacrilèges, et il oublie une infinité d’ingratitudes devant une goutte de pur amour sacerdotal, qui est déposé dans le calice de son Cœur eucharistique.

Prêtres et fidèles de mon Mouvement, allez souvent devant le Tabernacle ; vivez devant le Tabernacle, priez devant le Tabernacle.

Que votre prière soit une prière continuelle d’adoration et d’intercession, d’action de grâces et de réparation !

Qu’elle soit une prière qui s’unit au chant céleste des Anges et des Saints, aux ardentes supplications des âmes qui se purifient encore au Purgatoire !

Qu’elle soit une prière qui rassemble les voix de toute l’humanité, qui doit se prosterner devant chaque Tabernacle de la terre en un acte de perpétuelle gratitude et de remerciements quotidiens !

Parce que, dans l’Eucharistie, Jésus est réellement présent, il reste toujours avec vous et cette présence deviendra toujours plus forte, elle resplendira sur le monde comme un soleil et marquera le commencement de l’ère nouvelle.

La venue du règne glorieux du Christ coïncidera avec la plus grande splendeur de l’Eucharistie.

Le Christ instaurera son règne glorieux dans le triomphe universel de son règne eucharistique, qui se développera dans toute sa puissance et aura la capacité de changer les cœurs, les âmes, les personnes, les familles, la société, la structure même du monde.

Lorsqu’il aura instauré son règne eucharistique, Jésus vous conduira à jouir de son habituelle présence, que vous sentirez de manière nouvelle et extraordinaire et il vous amènera à faire l’expérience d’un second paradis terrestre, renouvelé et plus beau.

Mais devant le Tabernacle, que votre présence ne soit pas seulement une présence de prière, mais aussi de communion de vie avec Jésus.

Jésus se rend réellement présent dans l’Eucharistie parce qu’il veut entrer dans une communion continuelle de vie avec vous.

Quand vous allez devant lui, il vous voit ; quand vous lui parlez, il vous écoute ; quand vous lui confiez quelque chose, il accueille dans son cœur chacune de vos paroles ; quand vous lui demandez, il vous exauce toujours.

Allez devant le Tabernacle pour établir avec Jésus un rapport de vie simple et quotidien.

Allez ainsi chercher Jésus devant le Tabernacle avec le même naturel que vous mettez à chercher un ami, à vous confier aux personnes qui vous sont chères, à vous sentir le besoin d’amis qui vous aident. Faites de lui l’ami le plus cher, la personne la plus fidèle, la plus désirée et la plus aimée.

Dites votre amour à Jésus, répétez-le-lui souvent, parce que c’est la seule chose qui le rend immensément content, le console de toutes les ingratitudes, compense pour lui toutes les trahisons : « Jésus, tu es notre amour ; Jésus, tu es seul notre grand ami ; Jésus, nous t’aimons ; Jésus, nous sommes amoureux de toi ».

En effet, la présence du Christ dans l’Eucharistie a surtout la fonction de vous faire croître dans une expérience de vraie communion d’amour avec lui, de sorte que vous ne vous sentiez jamais plus seuls, puisqu’il est resté ici­bas pour être toujours avec vous.

Ensuite, vous devez aller devant le Tabernacle pour cueillir le fruit de la prière et de la communion de vie avec Jésus, qui se développe et mûrit dans votre sainteté.

Fils de prédilection, plus votre vie se déroule tout entière au pied du Tabernacle, dans une union intime avec Jésus dans l’Eucharistie, plus aussi vous croissez en sainteté. Jésus Eucharistie devient le modèle et la forme de votre sainteté. Il vous porte à la pureté de cœur, à l’humilité choisie et désirée, à la confiance vécue, à un abandon amoureux et filial.

Jésus Eucharistie devient la nouvelle forme de votre sainteté sacerdotale, que vous atteignez par une immolation quotidienne et cachée, par une présence continuelle d’amour auprès de vos frères, par une capacité d’accueillir en vous les souffrances et les croix de tous, par une possibilité de transformer le mal en bien et d’agir profondément pour que les âmes, qui vous sont confiées, soient conduites par vous au salut.

C’est pourquoi Je vous dis : les temps sont venus où Je vous veux tous devant le Tabernacle ; Je vous y veux surtout, vous, les Prêtres qui êtes les fils de prédilection d’une Mère qui est toujours en acte de perpétuelle adoration et d’incessante réparation.

Je veux qu’à travers vous, le culte eucharistique fleurisse de nouveau dans toute l’Église de manière toujours plus forte.

Doit cesser maintenant cette crise profonde de piété eucharistique qui a contaminé toute l’Église et qui a été à la racine de tant d’infidélité et de la diffusion d’une si vaste apostasie.

Avec tous mes bien-­aimés, et fils consacrés à Moi, qui font partie de mon Mouvement, Je vous dépose devant chaque Tabernacle du monde, pour vous offrir en hommage à Jésus, comme les joyaux les plus précieux et les fleurs les plus belles et les plus parfumées.

Désormais la Maman du Ciel veut porter à Jésus, présent dans l’Eucharistie, un nombre de plus en plus grand de ses enfants, parce que ce sont les temps où Jésus Eucharistie doit être adoré par tous, aimé, remercié et glorifié.

Mes fils très aimés, avec Jésus qui, dans chaque Tabernacle, se trouve dans un état continuel de victime pour vous, Je vous bénis au nom du Père et du Fils et du Saint­Esprit ».

1 sur 1174 – Michael Journal

1 7 Juillet 1973 Fête du Cœur Immaculé de Marie Je serai toujours auprès de toi a « Renouvelle ta consécration à mon Cœur Immaculé: tu es à Moi, tu es ma propriété. b Tu dois être à chaque instant tel que Je veux ; tu dois à chaque instant faire tout ce que Je te demande. c N’aie pas peur.Je serai toujours auprès de toi !

https://www.michaeljournal.org/juvdm/enseignements/don-gobbi-eucharistie/don-gobbi-livre-bleu-version-2.pdf

Le pape Benoît XVI a proclamé à la mort du P. Gobbi : « Le P. Gobbi est allé droit au ciel ».